Imagine que tu joues à pile ou face

 

Si ça tombe sur pile, tu gagnes 6.000 euros.

Sinon, tu perds 3.000 euros.

 

Tu joues ?

 

Probablement pas. Et c’est normal. On a tous plus peur de perdre 3.000 qu’envie de gagner 6.000 (√† cause d’un biais cognitif qui s’appelle ¬ę¬†l’aversion √† la perte¬†¬Ľ et qui nous pousse √† prendre tout un tas de mauvaises d√©cisions, on en reparlera).

 

Maintenant, si je change le deal de départ en te proposant de lancer la pièce non pas une fois, mais cent fois. Tu joues ?

 

Toujours pas ? Tu te dis peut-être que je me suis contenté de multiplier le risque par 100.

Donc tu as 100 fois plus peur de perdre 3.000 euros.

 

Fair enough.

Pourtant…

D’un point de vue math√©matique, tu gagnerais en moyenne 450 000 euros.

Je ne vais pas te faire une d√©monstration compl√®te, mais on peut regarder ce qui se passe au bout de deux lanc√©s. La premi√®re fois, tes chances de perdre de l’argent sont de 1 sur 2. Au deuxi√®me lanc√©, il y a quatre hypoth√®ses :

     

      1. Tu gagnes les deux : +12 000 euros.

      1. Tu gagnes uniquement le premier : +3 000 euros.

      1. Tu gagnes uniquement le second : +3 000 euros.

      1. Tu perds les deux : -6 000 euros.

    Au bout de deux lanc√©s, il n’y a plus qu’une chance sur 4 de perdre de l’argent.

    Au troisième lancé, il y a une chance sur 8.

    Au bout de 100 lanc√©s, ta chance de perdre de l’argent est de 1 sur 1,267 x 10^30. Au cas o√Ļ t’aurais pas fait un bac S, √ßa fait une chance sur 1.267.650.600.228.229.401.496.703.205.376

    Je sais, c’est dur √† lire. Dis-toi simplement que √ßa fait vraiment pas beaucoup…

    Quelle leçon en tirer ?

    Comme l’explique Darren Hardy dans son livre L’Effet Cumul√©, les petites actions r√©p√©t√©es jour apr√®s jour peuvent mener √† des r√©sultats incroyables.

    Sauf que, on a tous vu s’effondrer lamentablement la plupart de nos r√©solutions du nouvel an.

    Pourquoi ?

    Parce que l’√™tre humain n’est pas fait pour tenir la distance.

    Enfin…

    Tant qu’il ne pense pas en syst√®mes.

    Dans The Systems Mindset, Sam Carpenter nous montre que mettre en place des syst√®mes n’est pas aussi simple que de mettre en place de nouvelles to-do listes. Les syst√®mes fonctionnent en arri√®re-plan pour soutenir tes efforts. Ils doivent √™tre bien con√ßus, automatis√©s et personnalis√©s pour toi.

    Autrement dit : si tu peux créer des systèmes solides, tu pourras travailler sur des améliorations de manière constante et efficace.

     

    Pourquoi TIPSTEM ?

    J’ai commenc√© √† coacher en 2009.

    Il m’a fallu 12 ans pour comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas avec mes clients.

    Et je pense je sais que j’ai encore BEAUCOUP de choses √† apprendre.

     

    Mais ces derniers mois, j’avais commenc√© √† envoyer une newsletter toutes les semaines dans laquelle je partageais mes astuces de coach business.

    Les √©changes que j’ai pu avoir avec mes lecteurs m’ont montr√© √† quel point il √©tait important d’aller au cŇďur des syst√®mes, plut√īt que de rester √† la surface des choses.

     

    Travailler sur les systèmes sous-jacents dans tous les pans de notre vie peut sembler fastidieux, ingrat à court terme, et parfois même superflu.

    Mais c’est la seule mani√®re que je connaisse pour obtenir des r√©sultats significatifs et durables.

    Alors accroche ta ceinture et relève toi les manches.

    Parce que chaque dimanche je vais te proposer de bosser sur un nouveau syst√®me qui, si tu l’adoptes, peut litt√©ralement transformer ton quotidien.

    Cap ou pas cap ?